ACTUALITE 

Mieux-être

De bonnes résolutions

Traditionnellement, janvier est le temps des bonnes résolutions! Avec des idées déjà bien précises établies en décembre, voire avant, et des actions initiées dès la rentrée. Des promesses que l'on se fait à soi et devant ses proches, souvent le soir du Nouvel An, après quelques verres. Des paroles gravées dans le marbre et théoriquement inaltérables, ou tout du moins périssables sur les douze prochains mois. Voici quelques clés pour s'en sortir.

Il est étonnant de voir que ce phénomène de réflexion sur soi et ce contrat quant à son fonctionnement à venir ne se réalisent qu'une seule fois par an. Comme un serment, un pacte que d'aucuns signent avec eux-mêmes, avec leurs familles, leurs amis, ils s'engagent sur la nouvelle année à reprendre en main des dossiers en souffrance depuis, depuis... longtemps parfois, si longtemps, que nul ne se souvient de la dernière fois où le sujet a été évoqué (même si ce n'était que douze mois auparavant, à la même occasion). L'euphorie des fêtes, l'envie de clore le chapitre de l'année écoulée, parfois pas dans les conditions escomptées, avec la ferme intention de vivre l'année à venir différemment, de s'améliorer ou d'améliorer les choses pour être mieux. Pour être bien. A part peut-être une autre tentative au retour de la belle saison pour la gent féminine qui, préoccupée par sa plastique, envisage drastiquement la reprise d'une activité physique et de freiner la consommation de fast-food un mois avant un séjour au soleil et de glisser son corps dans une tenue de plage minimaliste.

Etonnante donc cette démarche unitaire et isolée dans le début du calendrier pour des êtres, pourtant en quête perpétuelle de bien-être et de bonheur, sensés y travailler toute l'année. Enfin, c'est déjà ça!

Quelles résolutions. Si la liste est longue et diversifiée, nous y retrouvons des propositions récurrentes d'une année sur l'autre et des grands classiques qui, eux, ne souffrent pas du temps qui passe. Nous avons tous entendu ou nous entendre dire: "Cette année, j'arrête la cigarette, je me (re)mets au sport, j'arrête les pâtisseries, je diminue le café..." pour ne citer que ces grands standards courants, réalisables et pourtant si compliqués à tenir dans la durée. Et ce ne sont là que des exemples de petites faiblesses du comportement qui apportent tant de bonheur ponctuel mais s'avèrent être parasites sur le long terme! Mais alors que dire des grands chantiers du type, "Je change de vie", "Je change de job", "Je change de ville, ce n'est plus vivable!"...? Là où, le challenge est encore plus important, s'installe la grande difficulté.

La réussite. Parmi les candidats au changement radical de janvier, nombreux sont ceux qui touchent le Graal de la réussite au cours des mois suivants. Par contre, l'égarement en chemin est lui aussi très fréquent. Et les raisons sont à la fois multiples, simples et compréhensibles. L'une des principales est la perte de motivation. Elle est souvent due à un challenge jugé, au fil du temps, trop important à relever, des résultats qui tardent à se manifester, un quotidien qui avale tout sur son passage et fait oublier ce qui pourrait être une priorité...

Quelques clés. L'essentiel commence par une bonne identification et une sérieuse définition de mon objectif. Pour la nouvelle année, je veux...! Ensuite, il est bon de réfléchir sur ma stratégie et de mettre en place méthodiquement les moyens pour arriver à mon objectif. Ne pas me mettre la pression! Ne pas être impatient, me donner des étapes en matière de réussites intermédiaires et de temps, en appliquant la méthode des petits pas. En résumé, mon objectif est S.M.A.R.T.: Spécifique, Mesurable, Ambitieux (mais pas trop), Réaliste et Temporellement défini! Et le mieux, dans ce type de démarche, est de me faire accompagner par un professionnel, comme un coach.

Bonne année et bonnes résolutions!

Stéphane Masson Par Stéphane Masson de Coach-Plus.fr | 18 janvier 2016/2020 à 16h42
Tous les articles
Pixel_505050